Une première réunion de bureau sous le signe de la prévention de la pénibilité

Catégorie : Actualité sociale- 26 Jan 2016

Ce 11 janvier 2016, le bureau du S.R.I.C s’est réuni à Paris pour sa première réunion de l’année. Différents sujets ont été abordés lors de cette matinée, dont celui de la pénibilité au travail.

Pour rappel, les entreprises doivent évaluer depuis le 1er janvier 2015 la pénibilité de chaque poste de travail en leur sein. 4 facteurs sont à mesurer depuis cette date : les activités exercées en milieu hyperbare, le travail de nuit, le travail en équipe successive alternante et le travail répétitif. 6 autres le seront à compter du 1er juillet 2016.

Si les facteurs applicables en 2015 ne concernaient pas la branche de la cordonnerie multiservice, il pourrait en être autrement dans quelques mois. Les postes dits pénibles seront aussi ceux soumis à des postures pénibles, des manutentions manuelles de charges, des vibrations mécaniques, l’utilisation d’agents chimiques dangereux, des températures extrêmes et au bruit.

Des seuils d’exposition sont associés à ces 10 facteurs. Il est ainsi impératif que chaque entreprise évalue pour ses postes de travail s’ils atteignent ou non ces seuils d’exposition.

Une fois cette évaluation réalisée, l’employeur devra la consigner dans son Document Unique d’Evaluation des Risques (DUER) et indiquer dans sa Déclaration Annuelle de Données Sociales (DADS), prochainement Déclaration Sociale Nominative (DSN), pour chaque salarié s’il bénéficie de points au titre de la pénibilité.

Les points acquis par un salarié employé sur un poste de travail dit pénible lui serviront à se former pour se réorienter ou à partir plus tôt en retraite.

Plus d’information sur www.preventionpenibilite.fr

Les membres du bureau du SRIC

Les membres du bureau du SRIC

2.000 euros par an et par embauche

Catégorie : Actualité sociale- 21 Jan 2016

Il s’agit d’une des mesures annoncées par le Président de la République ce 18 janvier 2016. Cette aide, appelée « Embauche PME« , est d’une durée de 2 ans et concerne les entreprises de moins de 250 salariés.

 

POUR QUELS TYPE DE RECRUTEMENT ?

La personne recrutée doit être :

  • embauchée sous contrat à durée indéterminée, ou contrat à durée déterminée d’au moins 6 mois, ou contrat de professionnalisation d’au moins 6 mois, ou lors de la transformation d’un CDD en CDI ;
  • embauchée entre le 18 janvier et le 31 décembre 2016 ;
  • être rémunérée entre 1 et 1,3 fois le SMIC (entre 1.466,62 € et 1.906,60 € bruts/mois).

 

COMMENT EN BENEFICIER ?

L’entreprise doit en faire la demande en complétant un formulaire par Internet (cliquez-ici), puis transmettre cet imprimé signé à l’Agence des services et de paiement (ASP) dont elle dépend. En date du 21 janvier, ce formulaire n’était pas encore consultable en ligne.

Par la suite, la prime est versée par virement tous les 3 mois.

 

Cette prime « Embauche PME » est cumulable avec d’autres aides comme les réductions de charges sociales dites Loi Fillon ou le Crédit d’Impôt Compétitivité et Emploi.

Plus d’information sur Le portail de l’Economie et des Finances.

Interdiction de vapoter sur le lieu de travail

Catégorie : Actualité sociale- 15 Jan 2016

La loi de modernisation de notre système de santé a été adoptée par l’Assemblée Nationale le 17 décembre 2015. Elle confirme l’interdiction de la cigarette électronique dans les lieux de travail couverts et fermés à usage collectif.

Concernant les bureaux individuels, nous pouvons imaginer qu’il en est de même.

SMIC et PMSS au 1er janvier 2016

Catégorie : Actualité sociale- 17 Déc 2015

Comme tous les 1er janvier, le montant du Salaire Minimum Interprofessionnel de Croissance (SMIC) et le Plafond Mensuel de la Sécurité Sociale (PMSS) sont revus à la hausse.

 

SMIC :

Le Gouvernement n’a pas souhaité donner de coup de pouce à cette augmentation. Le SMIC est revalorisé de 0,6 %, passant à 9,67 € de l’heure (+ 0,06 €/heure).

Le SMIC mensuel sera de 1.466,62 € pour 35 heures de travail hebdomadaire.

 

PMSS 2016 :

A compter du 1er janvier 2016, le PMSS sera de 3.218 €/mois, soit une revalorisation de 1,5 %.

Détail des différents plafonds pour 2016 :

Plafond annuel 38.616€
Plafond trimestriel 9.654 €
Plafond bimensuel 3.218€
Plafond quinzaine 1.609€
Plafond hebdomadaire 742€
Plafond quotidien 177€
Plafond horaire 24 €

Extension de l’accord salaire du 23/03/2015

Catégorie : Actualité sociale- 30 Oct 2015

L’arrêté d’extension de l’avenant salariale du 23 mars 2015 a été publié au Journal Officiel du 24 octobre 2015. Ces nouveaux  salaires minima s’appliquent à l’ensemble des entreprises de la branche depuis le 25 octobre 2015.

 

Catégorie Echelon Coefficient Taux
horaire
Salaire
brut mensuel
Ouvriers. – Employés
I 1 140 9,66 1 465,13
2 145 9,71 1 472,72
II 1 150 9,76 1 480,30
2 155 9,81 1 487,88
III 1 165 10,40 1 577,75
Employés. – Techniciens. – Agents de maîtrise
IV 1 180 11,29 1 712,74
2 200 12,51 1 897,78
V 1 220 13,76 2 087,37
VI 1 240 14,98 2 272,40
Cadres
VII 1 270 16,83 2 552,99
VIII 1 300 18,68 2 833,58
2 320 19,91 3 020,14

 

Vous pouvez consulter l’intégralité de cet avenant en cliquant ici

Comment un cordonnier a révolutionné le rugby ?

Catégorie : Actualité sociale- 22 Sep 2015

Du 18 septembre au 31 octobre 2015, le monde de l’ovalie se donne rendez-vous en Angleterre pour la 8ème coupe du monde de rugby.

Tout le monde (ou presque) en France connait le rugby et notamment la forme ovoïde de son ballon. Par contre, rare sont les personnes qui savent qu’un cordonnier est à l’origine de cette forme.

Lorsqu’en 1823 William WEBB-ELLIS, un jeune étudiant du collège de Rugby (Angleterre), prend le ballon à la main lors d’une partie de football, celui-ci est rond. Le rugby est né de cette simple action de jeu, mais pas encore son ballon.

Ce ne fut que dans les années 1840 que le cordonnier fournissant les ballons (en cuir à l’époque), M. GILBERT, eu l’idée de produire un ballon ovale. Plus facile à prendre en main, plus facile à porter sous le bras lors des courses, il fut adopté officiellement par la fédération anglaise de rugby en 1877.

Ainsi, un des symboles de ce sport repose sur l’innovation d’un cordonnier.

Aujourd’hui, les ballons de rugby ne sont plus en cuir mais en synthétique, mais la société GILBERT fournit toujours le ballon officiel de la coupe du monde.

Le ballon GUILBERT avec le trophée Webb-Ellis de la coupe du monde sur la pelouse du stade de Twickenham

Le ballon GILBERT avec le trophée Webb-Ellis de la coupe du monde

Les commissions paritaires régionales interprofessionnelles (dites « TPE »)

Catégorie : Actualité sociale- 22 Sep 2015

A compter du 1er juillet 2017, ces commissions TPE auront pour tâche de représenter les salariés et les employeurs des sociétés de moins de 11 salariés.

Les salariés membres de ces commissions disposeront d’un crédit d’heures de 5 heures par mois. S’ils devront respecter un délai de prévenance de 8 jours concernant ces heures d’absence, les salariés seront libres de leur utilisation.

Le temps passé en commission et pendant ces 5 heures sera considéré comme du temps de travail effectif et l’employeur devra maintenir sa rémunération. Néanmoins, l’employeur pourra demander le remboursement à l’organisation syndicale ayant désigné le salarié.

Aide financière à l’embauche dans les TPE

Catégorie : Actualité sociale- 02 Sep 2015

Une aide maximale de 4.000 € (pour un temps plein) est versée pour toute première embauche si :

– le contrat signé est un CDI ou un CDD de plus d’un an,

– le contrat débute entre le 9 juin 2015 et le 8 juin 2016,

– l’entreprise n’était pas liée dans les 12 mois précédents l’embauche par un contrat poursuivi au-delà de la période d’essai (sauf si la cause du départ était une retraite, une démission, un licenciement pour faute grave ou lourde ou le décès du salarié).

 

Les entreprises appartenant à un groupe français ou européen ne sont pas éligibles à cette aide, tout comme les particuliers employeurs.

 

Pour plus d’informations sur cette aide versée par l’agence de service et de paiement, cliquez ici.

Pour télécharger le formulaire de « demande d’aide à l’embauche du premier salarié« , cliquez ici.

Mutuelle : Malakoff Médéric recommandé par la branche cordonnerie

Catégorie : Actualité sociale- 29 Juil 2015

Les partenaires sociaux de la branche cordonnerie ont souhaité mettre en place un régime conventionnel Frais de Santé (mutuelle) adapté aux attentes des employeurs et des salariés, et ce afin de répondre à l’obligation de toute entreprise de proposer à l’ensemble du personnel une couverture santé, au plus tard au 1er janvier 2016.

 L’accord, en cours de signature fait suite à un appel d’offres. Les partenaires sociaux ont choisi de confier à Malakoff Médéric, déjà assureur désigné pour la couverture prévoyance, la gestion et l’assurance de leur régime conventionnel Frais de Santé en proposant un régime de base et deux options facultatives.

 Cet accord permet de bénéficier des avantages d’un régime de branche :

  • Des taux de cotisations privilégiés, négociés et pilotés par les partenaires sociaux, maintenus pendant 2 ans ;
  • Un respect de l’ensemble des obligations légales et réglementaires, notamment celles des contrats responsables ;
  • Des garanties sans condition d’ancienneté et d’âge ;
  • Une portabilité de 12 mois incluse ;
  • Des garanties intégrant la nouvelle clause de solidarité, obligatoire pour toutes les entreprises de la branche ;
  • Une simplification des démarches d’adhésion et une mise à disposition d’un régime « clé en main » ;
  • Une veille et une mise à jour systématique et rapide de vos garanties en fonction des évolutions de l’accord paritaire.

 Malakoff Médéric contactera les employeurs de la branche cordonnerie en septembre pour les accompagner dans la mise en place du régime.

Nouveauté pour les TPE : les commissions paritaires interprofessionnelles

Catégorie : Actualité sociale- 29 Juil 2015

La réforme du dialogue social a été adoptée par le Parlement. Si différentes mesures concernent directement les PME (regroupement éventuelle des institutions représentatives du personnel ou le regroupement des consultations du Comité d’Entreprise par exemple), les TPE sont aussi concernées.

A compter du 1er juillet 2017, tous les salariés des entreprises de moins de 11 salariés seront représentés par des commissions paritaires interprofessionnelles au niveau régional.

Elles auront pour mission de conseiller et informer les salariés et les employeurs en matière de droit du travail, mais aussi de faciliter la résolution de conflits internes aux entreprises (avec l’accord des parties).

Les organisations professionnelles et syndicales nommeront pour 4 ans les 20 membres issues des TPE de la région concernée. La parité homme/femme devra être respectée.

Les membres des commissions pourront accéder aux locaux des entreprises avec autorisation des employeurs. Ils bénéficieront de 5 heures mensuelles de délégations (en plus des temps de réunion) et du statut de salarié protégé.